L'histoire

Tinosa SS-283 - Histoire


Tinosa

(SS-283 : dp. 1 626, 1. 311'10", né. 27'4", dr. 16'10" s. 20,25 k. (surf.), 8,75 k. (subm.); cpl. 60 , a. 10 21" tt., 1 3", 2 .50-car. mg., 2 .30-car. mg.; cl. Gato)

Le premier Tinosa (SS-283) a été posé le 21 février 1942 à Vallejo, en Californie, par le Mare IslandNavy Yard ; lancé le 7 octobre 1942; sponsorisé
par Mme William E. Molloy ; et mis en service le 16 janvier 1943, le Lt. Comdr. Lawrence Randall Daspit aux commandes.

Après des opérations préliminaires, le sous-marin s'est rendu à Hawaï, arrivant à Pearl Harbor le 16 avril 1943. Au cours des deux années suivantes, il a effectué douze patrouilles de guerre dans le Pacifique et a coulé 16 navires ennemis, totalisant 64 655 tonnes.

Lors de sa première patrouille de guerre, menée du 3 mai au 19 juin 1943, le Tinosa endommage trois navires ennemis dans les eaux à l'est de Kyushu, au Japon, tout en subissant lui-même des dégâts de grenade sous-marine. Après la remise en état à Midway, elle est devenue en route le 7 juillet pour patrouiller les routes maritimes entre Bornéo et Truk. Handicapé par le mécanisme de tir défectueux de ses torpilles Mark 14, il n'endommage qu'un seul pétrolier lors de sa deuxième patrouille avant de retourner à Hawaï le 4 août.

Tinosa quitta ensuite Pearl Harbor le 23 septembre. Alors qu'il rôdait dans les eaux près des Carolines le matin du 6 octobre, Tinosa a aperçu un pétrolier solitaire. Lors d'une attaque à la torpille à midi, il endommage le navire ennemi puis plonge rapidement à 150 pieds. Quatre grenades sous-marines ont explosé à proximité, faisant jaillir des casiers et faisant tomber les hommes dans la salle d'après-torpilles. Quelques instants plus tard, un incendie s'est déclaré dans la salle des moteurs mais a été rapidement maîtrisé. Tout au long de l'après-midi, Tinosa et Steelhead (SS-280) ont continué à harceler le tanker jusqu'au soir, où ils ont eu la satisfaction de voir leur cible couler, sombrant par la poupe.

Au coucher du soleil le 6 octobre, Tinosa a bombardé une station de radio sur l'île d'Alet, près de Truk. Elle a terminé la patrouille à Midway le 16 octobre. Parti de Midway le 27 octobre, Tinosa s'est dirigé vers les voies maritimes Palau-Truk. Le matin du 22 novembre, elle a aperçu deux cargos et deux petites embarcations d'escorte fumant en convoi. Le sous-marin a tiré six torpilles, marquant des coups sur les deux cargos. L'ensemble de l'action n'a pris que cinq minutes et l'a laissé entre deux navires mortellement touchés, sa position clairement marquée par des sillages de torpilles menant devant et derrière - une solution parfaite pour les escortes ennemies. Au milieu des bruits de rupture des cargos, Tinosa a plongé profondément pour éviter la contre-attaque certaine des navires d'escorte. Peu de temps après, quatre grenades sous-marines ont explosé à proximité du sous-marin, assommant ses avions, son gyroscope, sa direction, ses communications internes et d'autres équipements. Elle a effectué une montée folle à 250 pieds puis a plongé à 380 pieds, avant que son équipage ne reprenne le contrôle. Tinosa a alors repris des tactiques d'évasion qui lui ont permis d'échapper aux restes du convoi en fin d'après-midi.

Lors d'une attaque contre un convoi le 26 novembre, le Tinosa a coulé le cargo japonais Shini Maru puis a esquivé 34 grenades sous-marines, dont aucune ne lui a causé de dommages. Elle sort de cette rencontre avec une torpille coincée dans son tube n°5 mais parvient à remédier au problème et se dirige vers les voies de circulation de Molucca Passage Palau. Le 3 décembre, elle aperçoit un grand cargo à passagers, l'Azuma Maru, protégé par une seule escorte. À 18 h 20, Tinosa lance une attaque à la torpille depuis la profondeur du périscope, endommageant le navire japonais. À 21 h 01, alors qu'il manœuvrait à la surface alors qu'il cherchait à achever, l'Azuma Maru Tinosa a essuyé les tirs du cargo maintenant en flammes; et, quelques minutes plus tard, elle a évité de justesse d'être percutée par le navire ennemi paralysé qui a tourné hors de contrôle à cause d'un gouvernail endommagé. À 21 h 20, Tinosa a tiré trois autres torpilles et l'Azuma Maru a disparu, laissant derrière lui une tache brûlante d'huile et de débris. Le sous-marin a alors échappé à l'escorte ennemie et est retourné dans sa zone de patrouille. Elle termina cette patrouille à Fremantle, en Australie, le 16 décembre 1943.

Après avoir navigué le 10 janvier 1944 pour la mer de Chine méridionale, Tinosa a débarqué une équipe de renseignement et ses fournitures à Labian Point, au nord de Bornéo, sous le couvert de l'obscurité le 20, avant de se diriger vers la mer de Flores. Deux jours plus tard, il coula le Koshin Maru et le Seinan Maru et endommagea un troisième navire lors d'une attaque en cours contre un convoi au large de Viper Shoal. Dans une autre action dans la nuit du 15 au 16 février, Tinosa a tiré des coups de feu des navires d'un convoi alors qu'elle torpillait et coulait l'Odatsuki Maru et le Chojo Maru. Elle a terminé sa cinquième patrouille à Pearl Harbor le 4 mars 1944.

En compagnie de Parche (SS-384) et Bang (SS385), Tinosa est devenu en route pour la mer de Chine orientale et sa sixième patrouille le 29 mars. Opérant au large du Japon et des Ryukyus, cette meute de loups s'attaquait avec succès aux convois de passage en stationnant des unités le long d'itinéraires très fréquentés. Les sous-marins ont effectué six attaques majeures contre cette patrouille. Tinosa elle-même a coulé deux cargos japonais, le Taibu Maru et le Tovohi Maru, lors d'une attaque nocturne le 4 mai. Lors de cette patrouille, il a également coulé un chalutier avec son canon de 4 pouces le 9 mai et a affirmé avoir endommagé trois autres navires. Le sous-marin est arrivé à Majuro le 15 mai.

Après la remise en état, Tinosa a quitté les Marshalls le 7 juin, à destination de la mer de Chine orientale. Le 18 juin, elle a eu recours à des tactiques inhabituelles en attaquant un sampan de pêche à trois mâts de 400 tonnes qui avait résisté à ses coups de feu. Tinosa a fermé le navire ennemi, l'a aspergé de mazout et l'a incendié en jetant des chiffons enflammés et imbibés d'huile sur son pont. Peu de temps après l'aube du 2 juillet, des avions et des patrouilleurs japonais ont forcé le Tinosa à s'enfoncer près de Nagasaki et l'ont maintenu au sol jusqu'au crépuscule. Le lendemain, le sous-marin a coulé deux cargos à passagers lors d'une attaque contre un convoi, ajoutant Konsan Maru et Kamo Maru à sa liste de victimes. À la suite de cette patrouille, le Tinosa s'est présenté à Hunters Point, en Californie, le 7 août, pour une révision bien nécessaire.

Le Tinosa a quitté San Diego le 7 novembre 1944 et s'est rendu, via Pearl Harbor, à Nansei Shoto pour reconnaître ses eaux et tester de nouveaux équipements de sonar FM pour localiser les mines japonaises. Après 58 jours en mer, Tinosa est retourné à Pearl Harbor.

Le 17 mars 1945, le Tinosa est parti du port de Tanapag dans les Marshall. Malgré des dommages inexpliqués dans son équipement de gréement d'avion d'étrave, Tinosa s'est rendu dans la zone de Nansei Shoto et a recommencé à tester les capacités de détection de mines de son sonar FM capricieux. Elle a observé aussi l'expédition japonaise et a pris des photographies de reconnaissance avant de terminer la patrouille au Port d'Apra, Guam, le 7 avril.

Le 28 avril, Tinosa met le cap sur Truk. Son équipement de sonar FM, qu'elle avait reçu à Guam, a remarquablement amélioré la portée de son sonar et elle a recueilli des données sur les performances du sonar tout au long du voyage. Le 3 mai, elle a échappé de justesse aux dommages causés par les bombes larguées par un avion ennemi au large de l'île de Moen. Bien qu'il n'y ait eu aucune possibilité d'attaquer les navires ennemis pendant cette patrouille, Tinosa a bombardé une installation japonaise sur l'île d'Ulul dans la nuit du 14 mai. Elle a également réalisé de nombreuses photographies qu'elle a remises à des agents du renseignement à son arrivée à Guam le 16 mai.

Tinosa est parti pour la mer du Japon le 29 mai. En route, elle a sauvé 10 survivants d'un B-29 abandonné. Agissant dans le cadre de cette mission spéciale en tant que membre d'une meute de loups sélectionnée pour lancer l'opération "Barney", une incursion dans la mer du Japon, Tinosa a accompli la tâche dangereuse de tracer des mines dans le détroit de Tsushima le 6 juin. Après l'achèvement de cette mission spéciale, Tinosa a lancé six attaques agressives de torpilles, a coulé trois cargos et, pendant la journée du 12 juin, a lancé une brillante bataille de surface contre le Keito Maru, un camion maritime japonais. Après avoir coulé quatre navires japonais et endommagé un cinquième, il a terminé sa 11e patrouille en arrivant à Pearl Harbor le 4 juillet.

Après la remise en état, Tinosa a mis le cap pour sa 12ème patrouille le 11 août, Avant qu'elle n'atteigne sa zone assignée cette patrouille a été terminée par la capitulation du Japon. Le 26 août 1945, elle a quitté Midway pour une révision à San Francisco. Après avoir opéré au large de la côte ouest de janvier à juin 1946, il est placé en réserve. En janvier 1947, Tinosa est mis hors service.

La guerre de Corée a précipité sa remise en service en janvier 1952. Cependant, il a été désarmé le 2 décembre 1953 et son nom a été rayé de la liste de la Marine le 1er septembre 1958. L'utilisation de sa carcasse à des fins expérimentales et d'entraînement a été autorisée le 2 mars 1959. .

Tinosa a reçu neuf étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a reçu la Presidential Unit Citation pour ses quatrième, cinquième et sixième patrouilles de guerre.


Fire One, Fire Ten : Implications du scandale des torpilles de la Seconde Guerre mondiale

Le 23 juillet 1943, le USS Tinosa, un sous-marin américain en patrouille de guerre dans le Pacifique, a passé toute la journée à essayer de couler le Tonan Maru, un pétrolier japonais non protégé de grande valeur. Les Tinosa a tiré quinze torpilles et le résultat net a été que douze torpilles ont touché la cible mais une seule d'entre elles a explosé. Le navire japonais s'est finalement échappé et lorsque le Tinosa De retour au quartier général à Pearl Harbor, le commandant des sous-marins de la flotte du Pacifique décrit le jeune skipper comme étant encore presque sans voix de rage.[1] Cet épisode était l'exemple le plus flagrant d'un problème stratégique qui a tourmenté la marine américaine pendant la première moitié de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique. La guerre du Pacifique était principalement une guerre navale et les sous-marins américains étaient destinés à jouer un rôle stratégique, mais ils ont commencé la guerre armés de torpilles Mark 14 qui souffraient non pas d'un mais de trois défauts de conception rédhibitoires. Plus surprenant encore, il a fallu près de deux ans pendant la guerre pour identifier et corriger les problèmes avec cette technologie d'armes hautement classifiée et avancée. Cet état de choses a imposé des retards inutiles aux États-Unis alors qu'ils cherchaient à exploiter les vulnérabilités japonaises et à contrecarrer les plans stratégiques japonais. Les conséquences stratégiques du problème des torpilles étaient si importantes qu'elles conduisirent un historien à conclure «Le scandale des torpilles de la force sous-marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale a été l'un des pires de l'histoire de la… guerre.”[2]


Après des opérations préliminaires, le sous-marin s'est rendu à Hawaï et est arrivé à Pearl Harbor le 16 avril 1943. Au cours des deux années suivantes, il a effectué douze patrouilles de guerre dans le Pacifique et a coulé 16 navires ennemis, totalisant 64 655 tonnes.

Patrouilles de première et deuxième guerre, mai – août 1943

Lors de sa première patrouille de guerre, menée du 3 mai au 19 juin 1943, Tinosa endommagé trois navires ennemis dans les eaux à l'est de Kyūshū, au Japon, tout en subissant elle-même des dégâts de grenade sous-marine.

Après la remise en état à Midway, elle est devenue en route le 7 juillet pour patrouiller les routes maritimes entre Bornéo et Truk. Le 24 juillet 1943, Tinosa rencontré le cargo Tonan Maru n°3, le plus grand pétrolier de la flotte japonaise, 19 262 & 160 tonnes, naviguant de Palau à Truk. L'avertissement de Codebreaker avait mis Tinosa dans une position parfaite pour tirer sur le pétrolier avec une propagation de quatre torpilles. Aucun n'a explosé. Le commandant du bateau, le lieutenant-commandant L. R. (Dan) Daspit a enregistré dans son journal de bord : « La cible avait été soigneusement suivie et, avec la propagation, les [torpilles] n'auraient pas pu fonctionner correctement et auraient manqué ».

Tinosa s'est fait une seconde chance en poursuivant tout au long de la journée suivante. Daspit a également vérifié les torpilles qu'il avait laissées et a assuré que les exploseurs à influence magnétique avaient été désactivés (voir ci-dessous pour savoir pourquoi). Même ainsi, les deux premières torpilles de la deuxième attaque ont dû être tirées à un angle et à une distance difficiles. Ils ont frappé et explosé, invalidant Tonan Maru'moteurs de s. Avec la cible morte dans l'eau Tinosa s'est retrouvée dans une position de tir idéale, se déplaçant pour tirer sur le pétrolier à l'équivalent sous-marin d'une portée à bout portant. La torpille a semblé toucher sa cible mais n'a pas explosé. Daspit et son équipage ont continué à tirer des torpilles une par une sur cet énorme pétrolier (pour 1943). Tous ont frappé. Aucun n'a explosé. Le journal de Daspit donne le temps de tir de chacun et indique encore et encore « tiré de la [nième] torpille. Touché. Aucun effet apparent. » Daspit a enregistré environ le sixième depuis que Tonan Maru était devenu un "canard assis", ". Touché. Aucun effet apparent. Cette torpille a frappé bien à l'arrière du côté bâbord, a fait des éclaboussures sur le côté du navire et a ensuite été observée avoir pris un virage à droite et de sauter hors de l'eau à environ 100 pieds (30 & 160 m) de la poupe du pétrolier. J'ai du mal à me convaincre d'avoir vu ça. "

Il a emmené son sous-marin de l'autre côté de la cible et a tiré les huitième et neuvième torpilles alors même qu'il voyait un destroyer s'approcher de l'est. Comme Tinosa sont allés en profondeur, ils ont entendu la dernière torpille touchée et ont cessé de courir. Daspit nota dans son journal : "Pas d'explosion. Il avait déjà décidé de retenir une torpille pour examen par la base." Après avoir tiré neuf torpilles sur un canard assis pendant près d'une heure et demie de 10 h 09 à 11 h 31, et après avoir pris le temps d'examiner les poissons dans la salle des torpilles entre les tirs, le capitaine de corvette Daspit a pris Tinosa retour à Pearl Harbor avec la seule arme restante.

Daspit a fait irruption dans le bureau de SUBPAC. Il avait tiré 15 torpilles sur Tonan Maru plus de deux jours et seulement 2 d'entre eux avaient travaillé. Les autres tournés dans des conditions idéales n'ont pas explosé. Le contre-amiral Lockwood, COMSUBPAC a écrit: "Je m'attendais à un torrent de jurons, me condamnant le bureau de l'artillerie, la station de torpilles de Newport et le magasin de torpilles de la base, et je n'aurais pas pu lui en vouloir – les pétroliers de 19 000 tonnes ne poussent pas sur les arbres . Je pense que Dan était si furieux qu'il était pratiquement sans voix. Son histoire était presque incroyable, mais la preuve était indéniable. " [7] Lorsque, après inspection, rien d'évident n'a été trouvé de mal avec cette dernière torpille, le commandant suédois Momsen a suggéré de mener des tests sur des coups de guerre réels en les tirant contre les falaises de Kahoolawe, une petite île au sud de Maui. Les deux premiers ont explosé. Le troisième ne l'a pas fait. En quelques jours, la cause a été attribuée à un percuteur qui était monté à travers les navires de telle sorte que lorsque la torpille frappait une cible de plein fouet (angle de trajectoire de quatre-vingt-dix degrés), les forces de décélération ont ralenti le mouvement de la broche dans ses roulements et son ressort ne pouvait ' Déplacez-le assez vite pour déclencher le train explosif. Un coup d'œil, cependant, entraînerait le bon comportement (c'est pourquoi les deux premières torpilles de Daspit, tirées à un angle de trajectoire moins optimal, ont explosé).

Deux solutions ont été étudiées. L'une impliquait le recyclage d'un alliage métallique très léger qui avait été fondu à partir du moteur d'un avion japonais qui s'était écrasé sur Oahu lors du bombardement de Pearl Harbor. Les deux solutions ont été installées très rapidement dans des torpilles et la force sous-marine disposait finalement d'une arme globalement fiable 21 mois après le début de la guerre.

C'était la troisième frappe de la torpille Mark 14. Cela a commencé avec l'USS Sargo manquant 13 des 13 tirs faciles en décembre 1941. Enfin, le 20 juin 1942, l'amiral Lockwood, le commandant des sous-marins du Pacifique Sud-Ouest (COMSUBSOWESPAC), s'arrangea pour avoir des torpilles - avec des ogives spéciales non explosibles (mais contrairement aux têtes d'exercice de l'époque et plus tard, ils ont été remplis pour les rendre aussi lourds que les ogives réellement remplies d'explosifs) - tirés sur des filets de pêche. Ils devaient courir à 10 pieds (3 & 160 m). À 850 yards (780 & 160 m), ils ont traversé les filets à 25 pieds (8 & 160 m) de profondeur. Le Bureau of Ordnance (BUORD) n'accepterait pas cela jusqu'à ce qu'ils soient forcés de faire face aux faits et de mener leur propre expérience. Ils ont confirmé les expériences de Lockwood le 1er août.

Mais ce n'était pas la fin. Ce n'est que le 27 avril 1943 que BUORD a admis que l'exploseur à influence magnétique était susceptible d'explosions prématurées. Même alors, ce n'est que le 24 juillet que l'amiral Nimitz a ordonné que les exploseurs à influence soient désactivés sur tous les sous-marins de la flotte du Pacifique. Cela ne s'appliquait toutefois pas à COMSUBSOWESPAC. L'amiral Christie alors commandant avait été l'officier chargé de tester l'exploseur à influence super secret dans les années 1930 et il ne pouvait tout simplement pas abandonner le concept et il a ordonné que ses bateaux continuent d'utiliser l'exploseur magnétique défectueux.

Cela a ouvert la voie à Dan Daspit, USS Tinosa et le Tonan Maru pour montrer que l'exploseur de contact était également défectueux, comme décrit ci-dessus. [8]

Troisième patrouille de guerre, septembre – octobre 1943

Tinosa a ensuite quitté Pearl Harbor le 23 septembre. En rôdant dans les eaux près des Carolines le matin du 6 octobre, Tinosa aperçu un pétrolier solitaire. Lors d'une attaque à la torpille à la mi-journée, elle endommagea le navire ennemi puis plongea rapidement à 150 pieds (46 & 160 m). Quatre grenades sous-marines ont explosé à proximité, faisant jaillir des casiers ouverts et renversant des hommes dans la salle d'après-torpilles. Quelques instants plus tard, un incendie s'est déclaré dans la salle des moteurs mais a été rapidement maîtrisé. Tout au long de l'après-midi, Tinosa et Steelhead (SS-280) a continué à harceler le pétrolier jusqu'au soir, quand ils ont eu la satisfaction de voir leur cible couler, couler par la poupe.

Au coucher du soleil le 6 octobre, Tinosa bombardé une station de radio sur l'île d'Alet, près de Truk. Elle a terminé la patrouille à Midway le 16 octobre.

Patrouille de la quatrième guerre, octobre – décembre 1943

Départ de Midway le 27 octobre, Tinosa direction les voies maritimes Palau-Truk. Le matin du 22 novembre, elle a aperçu deux cargos et deux petites embarcations d'escorte fumant en convoi. Le sous-marin a tiré six torpilles, marquant des coups sur les deux cargos. L'ensemble de l'action n'a pris que cinq minutes et l'a laissé entre deux navires mortellement touchés, sa position clairement marquée par des sillages de torpilles menant devant et derrière - une solution parfaite pour les escortes ennemies. Au milieu des bruits de rupture des cargos, Tinosa a plongé profondément pour éviter la contre-attaque certaine des navires d'escorte. Peu de temps après, quatre grenades sous-marines ont explosé à proximité du sous-marin, assommant ses avions, son gyroscope, sa direction, ses communications internes et d'autres équipements. Elle a effectué une montée folle à 250 pieds (76 m), puis a plongé à 380 pieds (120 m), avant que son équipage ne reprenne le contrôle. Tinosa puis reprend des tactiques d'évasion qui lui permettent d'échapper aux restes du convoi en fin d'après-midi.

Lors d'une attaque contre un convoi le 26 novembre, Tinosa a coulé un cargo japonais Shini Maru puis a esquivé 34 grenades sous-marines, dont aucune ne lui a causé de dommages. Elle sort de cette rencontre avec une torpille coincée dans son tube n°1605 mais parvient à remédier au problème et se dirige vers les voies de circulation Moluques Passage-Palau.

Le 3 décembre, elle aperçoit un gros navire à passagers, le Azuma Maru, protégé par une seule escorte. A 18h20, Tinosa a lancé une attaque à la torpille depuis la profondeur du périscope, endommageant le navire japonais. À 21 h 01, alors qu'elle manœuvrait en surface alors qu'elle cherchait à terminer la Azuma Maru, Tinosa a été la cible de tirs du cargo en feu et, quelques minutes plus tard, il a évité de justesse d'être percuté par le navire ennemi paralysé qui est devenu incontrôlable à cause d'un gouvernail endommagé. A 21h20, Tinosa a tiré trois autres torpilles, et le Azuma Maru disparu, laissant derrière lui une tache brûlante d'huile et de débris. Le sous-marin a alors échappé à l'escorte ennemie et est retourné dans sa zone de patrouille. Elle termina cette patrouille à Fremantle, en Australie, le 16 décembre 1943.

Cinquième patrouille de guerre, janvier – mars 1944

Après avoir navigué le 10 janvier 1944 pour la mer de Chine méridionale, Tinosa a débarqué une équipe de renseignement et ses fournitures à Labian Point, au nord de Bornéo, sous le couvert de l'obscurité le 20 janvier, avant de se diriger vers la mer de Flores. Deux jours plus tard, elle a coulé Koshin Maru et Seinan Maru et endommagé un troisième navire lors d'une attaque en cours contre un convoi au large de Viper Shoal. Dans une autre action dans la nuit du 15 au 16 février, Tinosa a tiré des coups de feu des navires d'un convoi alors qu'elle torpillait et coulait Odatsuki Maru et Chojo Maru. Elle a terminé sa cinquième patrouille à Pearl Harbor le 4 mars 1944.

Sixième patrouille de guerre, mars – mai 1944

En compagnie de Parché (SS-384) et Claquer (SS-385), Tinosa est devenu en route pour la Mer de Chine Orientale et sa sixième patrouille le 29 mars. Opérant au large du Japon et des Ryukyus, cette meute de loups s'attaquait avec succès aux convois de passage en stationnant des unités le long d'itinéraires très fréquentés. Les sous-marins ont effectué six attaques majeures contre cette patrouille. Tinosa elle-même a coulé deux cargos japonais, Taibu Maru et Toyohi Maru, lors d'une attaque nocturne le 4 mai. Lors de cette patrouille, il a également coulé un chalutier avec son canon de 4 pouces (100 & 160 mm) le 9 mai et a affirmé avoir endommagé trois autres navires. Le sous-marin est arrivé à Majuro le 15 mai.

Septième patrouille de guerre, juin – août 1944

Après remontage, Tinosa a quitté les Marshalls le 7 juin, à destination de la mer de Chine orientale. Le 18 juin, elle a eu recours à des tactiques inhabituelles en attaquant un sampan de pêche à trois mâts de 400 tonnes qui avait résisté à ses coups de feu. Tinosa a fermé le navire ennemi, l'a aspergé de mazout et l'a incendié en jetant des chiffons enflammés et imbibés d'huile sur son pont. Peu après l'aube du 2 juillet, des avions et des patrouilleurs japonais ont forcé Tinosa d'aller en profondeur près de Nagasaki et de la garder au sol jusqu'au crépuscule. Le lendemain, le sous-marin a coulé deux cargos à passagers lors d'une attaque contre un convoi, ajoutant Konsan Maru et Kamo Maru à sa liste de meurtres. Suite à cette patrouille, Tinosa signalé au chantier naval de Hunters Point, en Californie, le 7 août, pour une révision bien nécessaire.

Patrouilles de la huitième et de la neuvième guerre, novembre 1944 – avril 1945

Tinosa a quitté San Diego le 7 novembre 1944 et s'est rendu, via Pearl Harbor, à Nansei Shoto pour reconnaître ses eaux et tester de nouveaux équipements de sonar FM pour localiser les mines japonaises. Après 58 jours de mer, Tinosa retourna à Pearl Harbor.

Le 17 mars 1945, Tinosa est parti du port de Tanapag dans les Marshalls. Malgré des dommages inexpliqués dans son équipement de gréement d'avion d'étrave, Tinosa s'est rendu dans la zone de Nansei Shoto et a recommencé à tester les capacités de détection de mines de son sonar FM capricieux. Elle a observé aussi l'expédition japonaise et a pris des photographies de reconnaissance avant de terminer la patrouille au Port d'Apra, Guam, le 7 avril.

Dixième patrouille de guerre, avril-mai 1945

Le 28 avril, Tinosa direction Truk. Son équipement sonar FM - qu'elle avait reçu à Guam - a remarquablement amélioré la portée de son sonar, et elle a recueilli des données sur les performances du sonar tout au long du voyage. Le 3 mai, elle a échappé de justesse aux dommages causés par les bombes larguées par un avion ennemi au large de l'île de Moen.

Bien qu'il n'y ait eu aucune possibilité d'attaquer les navires ennemis pendant cette patrouille, Tinosa bombardé une installation japonaise sur l'île d'Ulul dans la nuit du 14 mai. Elle a également réalisé de nombreuses photographies qu'elle a remises à des agents du renseignement à son arrivée à Guam le 16 mai.

Onzième et douzième patrouilles de guerre, mai – août 1945

Tinosa est parti pour la mer du Japon le 29 mai. En route, elle a sauvé 10 survivants d'un B-29 abandonné. Agissant sur cette mission spéciale en tant que membre d'une meute de loups sélectionnés pour lancer l'opération Barney, une incursion dans la mer du Japon, Tinosa accompli la tâche dangereuse de tracer des mines dans le détroit de Tsushima le 6 juin.

A l'issue de cette mission spéciale, Tinosa a fait six attaques agressives de torpilles, a coulé trois cargos et, pendant les heures de clarté du 12 juin, a lancé une brillante bataille de surface contre le Keito Maru, un camion maritime japonais. Après avoir coulé quatre navires japonais et endommagé un cinquième, il a terminé sa 11e patrouille en arrivant à Pearl Harbor le 4 juillet.

Après remontage, Tinosa mis le cap pour sa 12e patrouille le 11 août. Avant qu'elle n'atteigne sa zone assignée, cette patrouille a été interrompue par la capitulation du Japon. Le 26 août 1945, elle a quitté Midway pour une révision à San Francisco. Après avoir opéré au large de la côte ouest de janvier à juin 1946, il est placé en réserve. En janvier 1947, Tinosa a été mis hors service.


Les sous-marins de l'opération Barney

Les sous-marins de l'opération Barney étaient divisés en trois unités collectivement connues sous le nom de Hydeman's Hellcats. Le groupe de tête, Hepcats, comprenait l'USS Chien de mer (SS-401), USS Crevalle (SS-291) et USS Spadefish (SS-411). Le deuxième groupe, les putois, était l'USS Thon (SS-282), USS Patin (SS-305) et USS Bonefish (SS-223). Le troisième groupe, Bobcats, comprenait l'USS Poisson volant (SS-229), USS Tinosa (SS-283), et Bowfin.

Malgré les dangers, Bowfin et les huit autres sous-marins ont appareillé de Guam à partir du 27 mai, bien conscients de la tâche potentiellement mortelle qui les attendait.


Service

Tinosa a effectué un total de 11 patrouilles de guerre et était en route vers la zone assignée à sa 12e patrouille lorsque le Japon s'est rendu. Elle a reçu neuf étoiles de bataille pour ses services pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la Presidential Unit Citation pour trois de ses patrouilles de guerre.

La première patrouille de Tinosa a été frustrante pour le lieutenant Cmdr. Daspit. Tinosa a rencontré le cargo de 19 000 tonnes Tonan Maru No. 3, qui était le plus gros pétrolier de la flotte japonaise. Tinosa a tiré deux torpilles causant la mort du navire ennemi dans l'eau. Cependant, ces deux torpilles ont été les seules sur 15 au total à avoir explosé, malgré l'excellent positionnement de Tinosa. Le sous-marin a été contraint d'abandonner le combat et de retourner à Pearl Harbor avec une torpille restante pour tenter de comprendre ce qui s'était passé. Il a été découvert plus tard qu'un percuteur défectueux était à blâmer.

Les patrouilles ultérieures de Tinosa ont été plus fructueuses et elle a été créditée d'avoir coulé plusieurs navires ennemis tout au long de sa carrière. Elle a mené des missions autres que des attaques submergées et à la surface, telles que l'atterrissage d'une équipe de renseignement et de leurs fournitures à Labian Point dans le nord de Bornéo. Elle était également chargée de tester le nouvel équipement de sonar FM utilisé pour localiser les mines japonaises. Au cours de sa neuvième patrouille, Tinosa a été chargé d'observer la navigation japonaise et de prendre des photographies de reconnaissance. Tinosa a également participé à une mission de sauvetage alors qu'il naviguait vers la mer du Japon en mai 1945, il a rencontré 10 survivants d'un B-29 abandonné et a pu les ramener à terre. Opérant dans le cadre d'une meute de loups, Tinosa a joué un rôle déterminant dans le lancement de l'opération Barney en traçant des mines dans le détroit de Tsushima.


Sous-marin de la marine américaine USS Tinosa

Votre compte Easy-access (EZA) permet aux membres de votre organisation de télécharger du contenu pour les utilisations suivantes :

  • Essais
  • Échantillons
  • Matériaux composites
  • Dispositions
  • Coupes grossières
  • Modifications préliminaires

Elle remplace la licence composite en ligne standard pour les images fixes et les vidéos sur le site Web de Getty Images. Le compte EZA n'est pas une licence. Afin de finaliser votre projet avec le matériel que vous avez téléchargé depuis votre compte EZA, vous devez obtenir une licence. Sans licence, aucune autre utilisation ne peut être faite, telle que :

  • présentations de groupes de discussion
  • présentations externes
  • documents finaux distribués au sein de votre organisation
  • tout matériel distribué à l'extérieur de votre organisation
  • tout matériel distribué au public (comme la publicité, le marketing)

Étant donné que les collections sont continuellement mises à jour, Getty Images ne peut garantir qu'un élément particulier sera disponible jusqu'au moment de l'octroi de la licence. Veuillez examiner attentivement toutes les restrictions accompagnant le Contenu sous licence sur le site Web de Getty Images et contacter votre représentant Getty Images si vous avez une question à leur sujet. Votre compte EZA restera en place pendant un an. Votre représentant Getty Images discutera avec vous d'un renouvellement.

En cliquant sur le bouton Télécharger, vous acceptez la responsabilité d'utiliser du contenu non publié (y compris l'obtention des autorisations requises pour votre utilisation) et acceptez de vous conformer à toutes les restrictions.


PATROUILLE HISTORIQUE USS BOWFIN 9

À leur retour à Guam, l'équipage du Bowfin a eu autant de repos et de détente que possible dans le court laps de temps imparti avant sa dernière patrouille de guerre. Cette patrouille consistait en une mission secrète désignée opération Barney qui a envoyé Bowfin et huit autres sous-marins dans la mer du Japon, connue sous le nom de l'arrière-cour de l'empereur, à travers un chemin très dangereux, et le seul moyen possible d'entrer dans la mer du Japon était à travers le fortement détroit de Tsushima miné. Pour accomplir cette tâche suicidaire, ils utiliseraient le nouvel équipement de détection de mines FM Sonar qui avait été récemment installé sur chacun des bateaux.

Chacun des neuf sous-marins affectés à cette opération était groupé en meutes de trois loups. Bowfin a été regroupé avec USS Flying Fish (SS-229) et USS Tinosa (SS-283), et la meute de loups a été nommée Bob Risser's Bobcats, pour le commandant du Flying Fish. Dans l'ensemble, les neuf sous-marins étaient connus sous le nom de Hydeman's Hellcats, pour l'officier en charge de l'opération.

Bowfin, Flying Fish et Tinosa ont voyagé ensemble vers le détroit de Tsushima puis vers la mer du Japon. Lors de l'utilisation du sonar à travers le détroit de Tsushima, les cloches de l'enfer avaient un ton presque constant car elles s'approchaient à moins de 300 pieds d'une mine. À travers le détroit perfide, l'équipage de Bowfin pouvait entendre le bruit d'un câble de mine raclant le long de la coque du bateau.

Une fois à travers le détroit mortel et dans la mer du Japon, Bowfin a été affecté à une patrouille au large de la côte est de la Corée. Le 11 juin, Bowfin a aperçu un cargo sans escorte et a tiré quatre torpilles, dont une a touché. Le navire était le Shinyo Maru de 1898 tonnes qui a coulé en seulement trois minutes. Deux jours plus tard, Bowfin torpilla et coula l'Akiura Maru, un petit cargo de 887 tonnes.

Le 24 juin, les Hellcats se sont donné rendez-vous pour préparer la sortie de la meute de loups de la mer du Japon. L'un des sous-marins, l'USS Bonefish (SS-223), n'est pas apparu. Les huit bateaux restants ont effectué une course de surface à grande vitesse audacieuse et réussie hors de la mer du Japon à travers le détroit de La Pérouse étroit et fortement surveillé, entre l'île russe de Sakhaline et Hokkaido.

L'opération a été un succès et le 4 juillet, un triomphant USS Bowfin a fait irruption dans Pearl Harbor, après avoir effectué une patrouille historique. Le VADM Lockwood a décerné à chacun des membres d'équipage des Hellcats un certificat les inscrivant en tant que membres de « l'ordre distingué des Mighty Mine Dodgers » pour leur succès à traverser ce qu'il a appelé « les eaux de guerre les plus dangereuses ».

La neuvième patrouille de l'USS Bowfin avait été une situation de vie ou de mort à plus d'un titre. Un photographe aérien, Marshall LaCour, a été choisi pour filmer la neuvième patrouille de Bowfin. M. LaCour se souvient avoir dessiné des pailles dans un groupe de photographes pour décider à quel sous-marin chaque personne serait affectée. Finalement, il ne restait plus que deux sous-marins : Bowfin et Bonefish. Cependant, il a alors été décidé que le photographe le plus expérimenté monterait à bord du Bowfin, le sous-marin le plus décoré. Si M. LaCour avait été affecté à Bonefish, il ne serait pas ici aujourd'hui pour raconter son histoire. L'USS Bonefish, l'un des neuf sous-marins à participer à cette mission dangereuse, était le seul sous-marin à ne pas être revenu sain et sauf de la mer du Japon.

RÉSUMÉ DE LA PATROUILLE 9

L'USS Bowfin était en route sur 8 559 milles au cours de sa neuvième patrouille. Le CDR Tyree et les autorités supérieures pensaient que le Bowfin avait coulé 6 300 tonnes (deux navires). JANAC a crédité l'USS Bowfin d'avoir coulé 2 785 tonnes (deux navires). CDR Tyree a reçu une étoile d'or au lieu de sa deuxième Croix de la Marine.


VADM Lockwood avec pneu CDR.


L'équipage Bowfin à leur retour de Patrol 9 le 4 juillet 1945.


Certificat Mighty Mine Dodger de notre collection


Tinosa SS-283 - Histoire

TINOSA est arrivé à Midway Island depuis la patrouille numéro un le 19 juin 1943 pour subir une période de radoub, de rechargement et de récréation de dix-sept jours. Le radoub et le rechargement ont été effectués par l'U.S.S. SPERRY (la récréation a été menée par les marins). À leur arrivée, quatorze hommes ont été transférés à l'équipe de relève. Tous les autres ont emménagé dans l'installation R & R, qui, à l'époque, était le petit hôtel qui servait à la Pan American Airlines d'escale pour les gros hydravions Clipper qui avaient traversé le Pacifique avant les hostilités. La dernière action de cette patrouille fut une rencontre avec le Tonan Maru.

La prochaine action du TINOSA a été abondamment décrite dans des livres et des articles sur les sous-marins (y compris un numéro de Polaris) traitant de la torpille défectueuse. Dans aucun cas à ma connaissance, cela n'a été rapporté avec précision. Aidé du rapport de patrouille de guerre et d'un souvenir de piège en acier, je le ferai par la présente. produire un compte rendu précis de cet événement.

Dans la nuit du 23 juillet, un rapport de renseignement a été reçu. Il a dit que TONAN MARU NO. 2 était en route de Bornéo à Truk chargé de pétrole. Il comprenait les coordonnées de latitude/longitude de divers points sur son itinéraire et même l'heure et le lieu où elle devait rencontrer son escorte. TONAN MARU NO. 2 was one of two large whale factories that had been converted to oilers. It displaced 19,425 tons and was one of the biggest tankers the enemy had. TINOSA headed for a position to intercept the target two hours prior to her escort rendezvous and by 0400 was on station. You might say, "Sitting in the catbird seat."

The morning of the 24th dawned bright and sunny. There was not a cloud in the sky nor a breath of wind and the sea was like glass. At 0555 the target was sighted on the high periscope, right on schedule. She was, however, about sixteen miles south of her projected track. TINOSA made haste to move to an attack position and at 0809 submerged. At 0923 four torpedoes were fired from the bow tubes at a range of 1,000 yards. Two torpedoes were seen to strike the target, one under the bridge and one midway between the masts. There were no explosions. The target dropped four depth charges and turned away.

"I saw them hit! I saw them hit," exclaimed the Captain!

"The set up is perfect, Captain. Let's fire the other two", said Lt. Bell on the TDC.

"All right," said the Captain, "Final bearing and shoot!".

At 0938 tubes five and six were fired. Both torpedoes were seen to hit the tanker and, miracles of miracles, one exploded on the port quarter. The target's engines stopped and she took a port list. She also dropped four depth charges.

Since the tanker showed no signs of sinking, TINOSA headed for a firing position on the starboard side to finish her off. During this transit some of the Japanese crew were seen manning their lifeboats while the others were firing at the periscope with machine guns and a four inch deck gun.

At 1009, range 875 yards TINOSA fired one stern tube. Hit, no explosion. At 1011, range 1050 yards fired another. Hit, no explosion. Captain Daspit was not given to profanity, but he now indulged himself. At 1014 another stern shot hit the target, range 1300 yards. No explosion. A reload was conducted during which time there was discussion between the Captain, Lt. Bell and others as to what could be the problem with the torpedo and could it be TINOSA's fault. It was decided that the fault lay with the weapon. A decision was made to fire as many units as necessary to sink the target, save one, which would be returned to Pearl Harbor for inspection.

At 1039 the attack was resumed with the firing of a stern tube at a range of 900 yards. Hit, no explosion. At 1048 a bow tube was fired from 1,000 yards. The torpedo hit the target, veered off to the right and jumped clear of the water.

This gave the faint hearted Japanese great confidence for they then left the lifeboats, unlimbered the other deck gun and commenced firing at the periscope and torpedo wakes. At 1050 Daspit fired again from a range of 900 yards. Same results. At 1100 he fired from 1,000 yards. Hit, no explosion.

At this point sonar had a contact on high speed screws. Three minutes later a destroyer was sighted headed directly for TINOSA. At 1131 TINOSA fired another stern shot that was seen to hit but there was no explosion. At 1132 with the destroyer 1,000 yards away a stern tube was fired and TINOSA headed for 300 feet. Sonar heard fish hit the target and stop running no explosion. The destroyer had no explosion problem with her depth charges, however, when she dropped seven close ones.

At 1357, Daspit returned to periscope depth. The tanker was still afloat, down by the stern with a port list. The destroyer was alongside of her charge about three miles away. By 1800 twilight and a gathering haze closed visibility to where TONAN MARU NO. 2 could no longer be seen. At 1937 TINOSA surfaced, sent contact and attack reports. Three hours later she was directed to return to Pearl Harbor.


The National Archives at St. Louis thanks WWII Navy veteran Paul Wittmer

The National Archives at St. Louis staff extended a special thanks to World War II U.S. Navy Veteran Paul Wittmer on April 14.

During World War II, Wittmer served on six war patrols on the USS Tinosa SS-283. He was part of the crew responsible for the capture of the famed Japanese I-401 submarine taken at the end of the war and returned to Pearl Harbor from Japan.

The I-401 was the largest submarine in the world at the time. It was designed with an air-tight airplane hangar on board so it could surface and launch three torpedo bombers in attacks against enemy vessels or land targets. To prevent this technology from falling into the hands of the Soviets, the I-401 and the only other submarine of its kind to enter service, the I-400, were sunk near Pearl Harbor.

Despite his age, Wittmer has faithfully made his standing Tuesday research room appointment since 2007. His tireless efforts have culminated in a six-volume publication titled United States Submarine Men Lost During World War II, which honors U.S. submariners killed in action during World War II. Each profile contains a small bio with information on dates of service, military photographs, hometown info, and the ship that each man served on until his death. Fifty-two U.S. submarines were lost during the war.

Wittmer, who worked alone for the bulk of the project, combed through thousands of official military personnel files (OMPFs) and collected information on approximately 3,600 submariners lost. These submariners are largely forgotten, except by family and friends. These are veterans who have no white marble headstones in American National Cemeteries. For most, their final resting place is still unknown.

Over the years, Wittmer shared photographs and memorable comments on files of veterans who were personal friends or acquaintances. His six-volume publication is an invaluable asset to anyone studying this part of World War II history. NARA is honored that Wittmer donated a complete set to the St. Louis archival research room for use by researchers from around the world.

Wittmer was also featured in a PBS documentary examining the biographies of persons on Japanese I-401.


January 8, 1945 The Sub that Bagged a Train

So ended the only ground combat operation of WW2, on the soil of the Japanese homeland. And so it is, that an American submarine came to count a Medal of Honor and a Japanese locomotive, among its battle honors.

In the early phase of WW2, the traditional role of the American submarine service was to search, identify and report enemy activity to surface ships. Customary tactics emphasized stealth over offense, preferring to submerge and lie in wait over the surface attack.

Small wonder. The Mark XIV torpedo, the primary anti-ship submarine-launched torpedo of WW2, was literally a scandal. Not only was torpedo production woefully inadequate to the needs of the war in the Pacific, but stingy pre-war budgets had precluded live-fire testing of the thing.

Among the Mark-XIV’s more pronounced deficiencies was a tendency to run about 10-ft. too deep, causing it to miss with depressing regularity. The magnetic exploder often caused premature firing of the warhead, and the contact exploder frequently failed altogether. There must be no worse sound to a submariner, than the metallic ‘clink’ of a dud torpedo bouncing off an enemy hull.

Worse still, these things tended to ‘run circular’, meaning that they’d return to strike the firing vessel.

USS Barb (SS-220) underway in May, 1945

On July 24, 1943, Lawrence “Dan” Daspit commanding USS Tinosa (SS-283) attacked the 19,000-ton whale factory ship Tonan Maru III. Tinosa fired fifteen torpedoes with two stopping dead in the water and the other thirteen striking their target. Not one of them exploded. Thinking that he had a bad production run, Daspit kept his last torpedo for later inspection. Nothing out of the ordinary, was found.

Commander Eugene “Lucky” Fluckey didn’t subscribe to the conventional wisdom. WW2 vintage submarines were designed for speed on the surface, and USS Barb (SS-220) was capable of 21 knots. Equivalent to 24mph on land. Under Commander Fluckey, Barb was for all intents and purposes, a fast-attack surface craft.

Sam Moses, writing for historynet’s “Hell and High Water,” writes, “In five war patrols between May 1944 and August 1945, the 1,500-ton Barb sank twenty-nine ships and destroyed numerous factories using shore bombardment and rockets launched from the foredeck”.

In January 1945, the Barb, USS Picuda (SS-382), and the USS Queenfish (SS-393) were ordered to the China Sea, blocking the Formosa Strait to Japanese shipping.

On the 8th, the small “wolf pack” encountered eight large Japanese merchant ships, escorted by four patrol boats. In a two-hour running night battle, Barb sank merchant cargo ships Anyo Maru and Tatsuyo Maru in explosions so violent that Barb was forced to go deep, even then suffering light damage to her decks. She also sank merchant tanker Sanyo Maru and damaged the army cargo ship Meiho Maru.

The merchant tanker Hiroshima Maru ran aground in the confusion. SS-220 returned the following day, to finish the job.

Two weeks later, USS Barb spotted a 30-ship convoy, anchored in three parallel lines in Namkwan Harbor, on the China coast. Slipping past the Japanese escort guarding the harbor entrance under cover of darkness, the American submarine crept to within 3,000 yards.

Fluckey gave the order and Barb fired her six bow torpedoes at the tightly packed convoy. Swinging around, she fired her four stern torpedoes, just as the first salvo slammed home. Four ships were mortally wounded and another three heavily damaged, as a Japanese frigate opened fire.

It took a full hour to extract herself from the uncharted, heavily mined and rock-obstructed shallows of Namkwan Harbor. Torpedoes meant for the American sub struck Chinese junks instead. A Japanese aircraft appeared overhead, just as Barb slipped out into deeper water. No wonder they called him “Lucky Fluckey”.

The episode earned Commander Fluckey the Medal of Honor in March, 1945.

On completion of her 11th patrol, USS Barb underwent overhaul and alterations, including the installation of 5″ rocket launchers, setting out on her 12th and final patrol in early June.

For the first time in the history of submarine warfare, rocket attacks were successfully employed against shore targets, including facilities in Shari, Hokkaido Shikuka, Kashiho and Shiritoru. Barb also attacked Kaihyo To with her regular armaments, destroying 60% of the town.

By mid July 1945, USS Barb had racked up one of the most successful records in the submarine service, sinking the third-highest gross tonnage of enemy shipping of the entire war, and the highest in Japanese shipping, according to the Japanese’ own records..

In poring over a coastal map of Karafuto, the Japanese end of Sakhalin island, the answer as to what to do next, soon came clear. The American sub was going to take out the supply line to enemy merchant shipping, and use a Japanese train, to do it.

Steel plates were bent and welded into crude tools, and a team of eight volunteers was selected. There was so much excitement among the crew over the idea, that even the Japanese POW on board wanted to go ashore, promising he wouldn’t try to escape.

On the night of July 22-23, Fluckey maneuvered the sub into shallow water within 950 feet of land, and put two rubber rafts ashore.

Working so close to a Japanese guard tower that they could almost hear the snoring of the sentry, the eight-man team dug into the space between two ties and buried the 55-pound scuttling charge. They then dug into the space between the next two ties, and placed the battery.

At one point the team had to dive for the bushes, as a night train came through.

At last the work was done and, for the first time that night, the group disobeyed a direct order. The other seven had been ordered to back off as Electricians Mate 3rd Class Billy Hatfield wired the switch and activated the bomb. That way only one man would die if things went wrong, but these guys weren’t going anywhere. Seven men looked on as Hatfield made the final connections, each wanting to see that this last step was done right.

Barb had worked her way to within 600′ of shore and the shore party was barely halfway back, when the second train came through. A thunderous explosion tore through the stillness, as night turned to day. Pieces of the locomotive were thrown 200 feet in the air as twelve freight cars, two passenger cars, and a mail car derailed and piled together.

There was no further need for stealth. With barely 6′ of water under her keel, Fluckey took up a megaphone, bellowing “Paddle like the devil!” Five minutes later the shore party was on board. As “The Galloping Ghost of the China Coast” slipped away, every crew member not absolutely necessary to the operation of the boat was on-deck, to witness the spectacle they had wrought.

So closes a little-known chapter of the war in the Pacific. The only ground combat of WW2, carried out on the Japanese home islands. So it is, that an American submarine came to count a Medal of Honor and a Japanese locomotive, among its battle honors.

Members of the USS Barb demolition squad pose with her battle flag at the conclusion of her 12th war patrol, Pearl Harbor, August 1945. Chief Gunners Mate Paul G. Saunders, USN, Electricians Mate 3rd Class Billy R. Hatfield, USNR, Signalman 2nd Class Francis N. Sevei, USNR, Ships Cook 1st Class Lawrence W. Newland, USN, Torpedomans Mate 3rd Class Edward W. Klingesmith, USNR, Motor Machinists Mate 2nd Class James E. Richard, USN, Motor Machinists Mate 1st Class John Markuson, USN and Lieutenant William M. Walker, USNR.

In addition to Commander Fluckey’s Medal of Honor, the crew of USS Barb earned a Presidential Unit Citation, a Navy Unit Commendation, the Asiatic-Pacific Campaign Medal with eight battle stars, the World War II Victory Medal, and the National Defense Service Medal. Of all those awards, the one of which later-Rear Admiral Fluckey was most proud, was the one he didn’t get. In five successful combat patrols under Commander Eugene Fluckey, not one crew member of the USS Barb ever received so much as a purple heart.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: USS Cavalla The Cavalla Story (Janvier 2022).